L’infiltré (John Grisham, 2008)

Kyle McAvoy est un brillant étudiant en droit, rédacteur en chef du journal de droit de Yale, et promis à un avenir radieux. Seulement, un élément de son passé pourrait faire obstacle à ces plans : une accusation de viol, classée sans suite 5 ans auparavant, mais qu’une vidéo pourrait relancer. Cette vidéo, certaines personnes sont bien décidées à s’en servir pour le faire chanter et l’amener à leur servir d’espion au sein d’un grand cabinet d’avocats.

Comme les autres Grisham que j’ai lus, difficile de lâcher ce bouquin. Le rythme n’est pas vraiment trépidant, mais la tension monte progressivement, les évènements s’enchaînent de manière réaliste, les personnages sont bien dépeints. Grisham est sans surprise : toujours le même style (ou la même absence de style…), les descriptions de grands cabinets d’avocats qui ne varient pas foncièrement d’une fois sur l’autre, et un ancrage dans l’actualité qui donne une bonne crédibilité à l’ensemble. Bref, on est en terrain connu…

Le dénouement est extrêmement décevant, provoquant immédiatement un « 480 pages pour ça ? » désabusé. La Firme, L’Affaire Pélican ou Le Client du même auteur, sans atteindre des sommets, sont relativement meilleurs. A part un funeste oubli et l’obligation qu’il implique de se ravitailler chez Relais avant un long-courrier, rien ne justifie l’achat.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s