Chasseur de noirs (Daniel Vaxelaire, 1982)

Récit autour de la vie d’un grand chasseur de « marrons », ces esclaves échappés des plantations réunionnaises pour vivre dans les montagnes au XVIIIe.

Apparemment, l’auteur était parti sur l’idée d’une biographie avant de se lancer dans un projet plus romancé, faute de documents suffisants. L’idée reste donc de coller au maximum à la réalité historique.

On apprend dans cet ouvrage beaucoup de choses sur l’histoire de la colonisation de la Réunion et le développement de l’esclavage dans l’île. L’évolution des mentalités à mesure que la colonie grandit est bien montrée : plus d’esclaves par colon, donc plus de violence pour les « tenir », passage progressif d’un territoire de familles et de petits planteurs à une région administrée et à la vie bien réglée.

Le style est très sobre ; trop sobre à mon goût de fait : traiter d’un sujet d’une telle violence nécessite à mon sens de se salir les mains, ici le manque de « tripes » m’a gêné. Le piège du manichéisme est bien évité, mais c’est beaucoup trop propre et rangé, au point que ce roman a apparemment été édité par ailleurs dans une collection jeunesse, c’est dire… La couverture ne fait que renforcer ce sentiment, que de niaiserie ! Ce roman a gentiment accompagné un passage à la Réunion, pas grand-chose de plus à en retirer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s