Les Lames du cardinal (Pierre Pevel, 2007-2010)

Au XVIIème siècle, la France de Louis XIII court un grand danger. Les dragons, qui ont depuis longtemps pris forme humaine et infiltré la cour espagnole, semblent tourner leurs ambitions vers l’Hexagone ! Pour faire face à cette menace, Richelieu reforme un commando d’élite, les Lames du Cardinal. Dissoutes après l’échec désastreux d’une précédente mission, les Lames, sous les ordres du capitaine La Fargue, vont devoir affronter les puissants émissaires de la Cour des Dragons.A44853.indd

Pierre Pevel orchestre avec brio la rencontre de la fantasy et du roman de cape et d’épée. Tous les ingrédients du succès sont présents : des personnages attachants, des intrigues enchevêtrées qui vont en se complexifiant sans jamais sacrifier le rythme, trépidant de la première à la dernière page. Les solides bases historiques apportent une agréable vraisemblance à l’ensemble : le mariage entre le Paris de 1633 et les créatures tout droit sorties de la mythologie se fait sans effort. Pour le lecteur peu versé dans la fantasy, le mélange est parfait : partant d’une trame très classique, Pevel la revisite en incorporant à son roman quelques aspects magiques qui en font toute l’originalité sans dénaturer l’ambiance historique (caractéristique apparemment de l’uchronie de fantasy…).

Les combats à l’épée le disputent aux entrevues secrètes, aux complots et autres joyeusetés directement empruntées à Dumas (auquel Pevel reprend également des personnages). Les aficionados purs et durs de fantasy regretteront peut-être une part trop faible laissée à l’aspect fantastique et magique, mais les amateurs de roman d’aventure à la Stevenson seront ravis. Comme chez ce dernier, le rythme est très bien maîtrisé avec une alternance de phases d’attente et de brusques accélérations. Pour maintenir le lecteur dans la cadence, Pevel prévoit toutes les béquilles possibles pour qu’on évite de se perdre en cours de route dans le foisonnement de personnages.

Si chacun des tomes développe une intrigue indépendante, chaque aventure nous en apprend un peu plus sur un complot qui pourrait faire trembler l’Europe entière… Chaque livre offre donc une sous-intrigue qui se clôt dans le tome, plus agréable que la facilité des cliffhangers. Cette trilogie haletante constitue une excellente détente, et on aura bien du mal à l’abandonner une fois lancé.

Publicités

3 réflexions sur “Les Lames du cardinal (Pierre Pevel, 2007-2010)

  1. Pingback: Janua vera (Jean-Philippe Jaworski, 2008) | Eustache Raconte

  2. Pingback: Les Trois mousquetaires (Alexandre Dumas, 1844) | Eustache Raconte

  3. Pingback: Trois mille chevaux vapeur (Antonin Varenne, 2014) | Eustache Raconte

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s