Le Système technicien (Jacques Ellul, 1977)

« La technique, pour Ellul, est le facteur déterminant de la société. Plus que le politique et l’économie. Elle n’est ni bonne ni mauvaise, mais ambivalente. Elle s’auto-accroît en suivant sa propre logique. […] Ce système, qui s’auto-engendre, est aveugle. Il ne sait pas où il va. Et il ne corrige pas ses propres erreurs. »

(extrait le quatrième de couverture)

 systeme technicien

Sociologue, théologien, professeur d’histoire du droit, anarchiste chrétien, Jacques Ellul est principalement connu comme penseur de la technique, après un ouvrage remarqué en 1954, La Technique ou l’Enjeu du siècle. Le Système technicien s’inscrit à la suite de La Technique dans une trilogie conclue en 1988 par Le Bluff technologique. 

Cet essai, l’un des plus importants de l’œuvre de Jacques Ellul, est d’une extrême richesse. La première qualité du propos exposé tient dans sa rigueur intellectuelle. Cet ouvrage est une démonstration, pas une somme de réflexions ou une pensée livrée à la lecture. Cette position est résumée dans une note de bas de page de l’auteur :

« Je me refuse à présenter ma pensée sous forme de théorie et de façon systématique. Je fais un ensemble dialectique ouvert et non pas fermé et je me garde bien de présenter des solutions de l’ensemble, des réponses aux problèmes, des issues théoriques pour l’avenir : si je le faisais, je contribuerais moi aussi à la totalisation technicienne. Mais ne pas le faire produit une insatisfaction chez le lecteur et donne l’impression que, me refusant, je suis donc hostile à la Technique. »

Ellul explique l’invasion de notre monde par la Technique, les modifications sociologiques et comportementales qu’elle engendre en se constituant en milieu pour l’homme, mais ne cherche ni jugement ni échappatoire. Il démontre, point par point, l’influence de la Technique sur nos sociétés et les caractères qui permettent de dire qu’elle s’est faite système.

En particulier, Ellul analyse en détails l’impuissance du politique, dont les choix sont systématiquement amenés par la technique. Les décisions sont celles de la plus grande efficacité, de la plus grande puissance : ce sont des choix techniques, face auxquels les barrières idéologiques ou morales tombent. « Lorsque l’État prend des décisions purement politiques, que c’est l’homme politique qui décide seul, cela entraîne toujours des désastres sur le plan technique« …

Sur ce point, Ellul tacle l’insuffisance de bien des pensées en la matière,et notamment de l’idée suivant laquelle la Technique n’est finalement qu’un outil, que l’on peut utiliser, diriger. Ce reste de machinisme n’était déjà plus adapté à ce qu’était la technique dans les années 1970, avec notamment la montée en puissance des Sciences de l’Organisation : l’homme qui « utilise » les techniques est lui-même plongé dans un milieu technique, et ses modes opératoires, ses grilles de lecture de la réalité sont conditionnés par la technique.

La même insuffisance surgit quand il s’agit de chercher les finalités au travail des techniciens. Les plus éminents scientifiques et techniciens renvoient sans cesse au bonheur, au bien-être, ou à des avatars chiffrés et diminués de ces deux derniers (le second n’étant déjà qu’une réduction plus mesurable du premier)… Rien de concret, et pour cause, car comme Ellul le démontre la Technique suit une logique causale : elle n’évolue que « poussée » par les avancées précédentes. Face à ce phénomène, les hommes justifient au fur et à mesure les progrès en invoquant a posteriori le bien-être créé. Tout ça pour ne pas perdre la face et abdiquer leur pouvoir de décision : de fait, le système avance sans finalité. En se développant, la technique crée ses propres problèmes, auxquels les remèdes sont forcément techniques : pollution, encombrement des villes… [1] Le système s’auto-accroit, sans pour autant avoir de but, et sans que personne ne soit en mesure de prédire dans quelle direction l’accroissement ira.

L’ouvrage est quelque peu marqué par son époque, dans les références ou les preuves récurrentes de la similarité des régimes capitalistes et socialistes vis-à-vis de la Technique. La démonstration de la dominance de la technique par rapport au facteur économique dans l’évolution des sociétés peut laisser sur sa faim (cf. ici pour une analyse de ce point). Malgré ces légers écueils, Ellul n’en reste pas moins un analyste de premier plan d’un phénomène qui s’est instillé dans tous les aspects de nos vies. L’ouvrage est brillant, et devrait passer entre les mains de tout ingénieur, manager, administrateur ou autre technicien : une pensée claire et rigoureuse sur la question est un vrai bol d’air.

Pour plus de renseignements sur Ellul, voir l’association internationale Jacques Ellul.

[1] Un exemple récemment de ce caractère inévitable que semble prendre la technique dans la résolution des problèmes contemporains dans un article de Jean Peyrelevade le 24 septembre 2014 sur lesechos.fr (lien), intitulé « La vacuité du jargon écologiste » : « Oui, l’effet de serre constitue pour l’espèce humaine une menace mortelle. Oui, il faut protéger les ressources de la planète. Oui, il faut modifier profondément nos modes de vie et nos modèles de consommation. Mais pour y parvenir, nous avons besoin non pas de moins mais de plus de technologie. […] Davantage de technologie, davantage d’ingénieurs »

Publicités

4 réflexions sur “Le Système technicien (Jacques Ellul, 1977)

  1. Pingback: Fabrication et usage des écoquartiers (Vincent Renauld, 2014) | Eustache Raconte

  2. Pingback: La Convivialité (Ivan Illich, 1973) | Eustache Raconte

  3. Pingback: Mars la rouge (Kim Stanley Robinson, 1992) | Eustache Raconte

  4. Pingback: L’Autre côté du rêve (Ursula K. Le Guin, 1971) | Eustache Raconte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s