Chronique d’un meurtre annoncé & Le Caméléon (David Grann, 2011 & 2008)

chronique d'un meurtre annonceDavid Grann est journaliste au New Yorker. Il s’est révélé au public avec La Cité perdue de Z, best-seller immédiat qui retrace l’expédition du colonel Percy Fawcett vers une hypothétique cité perdue au Brésil.

Les éditions Allia ont entrepris l’édition française de certains de ses articles du New Yorker. Ces deux tomes retracent deux histoires invraisemblables. Dans Chronique d’un meurtre annoncé, Grann se plonge dans l’enquête sur le meurtre de Rodrigo Rosenberg, célèbre avocat d’affaires guatémaltèque. Après sa mort, une vidéo de lui avait paru sur Youtube dans laquelle il prophétisait son assassinat par la présidence au motif qu’il aurait déterré les mauvais secrets. Politiciens, coachs en communication, enquêteurs de choc et mafieux se croisent dans un feuilleton politico-médiatique qui a secoué le pays.

Rodrigo Rosenberg, dans sa vidéo posthume

Dans Le Caméléon, Grann déroule le parcours de Frédéric Bourdin, un imposteur qui a réussi à se faire passer pour un enfant américain disparu et à s’implanter dans sa famille. Un récit proprement abracadabrantesque autour d’un personnage à la folie fascinante.

Ces deux textes sont le fait d’un conteur talentueux, qui tient le lecteur en haleine du début à la fin. Le travail d’investigation est là, sur des histoires qui ont déjà suffisamment refroidi pour permettre analyse et synthèse. Dans une intéressante interview pour L’Accoudoir (ici), David Grann explique :

« Un bon fait divers comporte plusieurs éléments essentiels : un personnage atypique, une histoire qui a une certaine emprise sur le lecteur et prend des virages inattendus, un sujet qui s’ouvre sur un monde insoupçonné. Et puis, enfin, il faut y trouver une dimension intellectuelle, un sens plus profond. Si je suis attiré par des personnages comme l’explorateur victorien Percy Fawcett et Bourdin le mystificateur, c’est parce qu’ils sont aussi complexes et riches que n’importe quel personnage de fiction. Non seulement ils font des choses intéressantes, mais ils vivent aussi des vies intérieures captivantes. »

Il y aurait effcameleonectivement fallu une bonne tranche de génie pour construire pareilles histoires. Probable même que personne n’aurait « acheté » le dénouement de ces affaires… Il va maintenant falloir se dépêcher de mettre la main sur La Cité perdue de Z, avant la sortie de l’adaptation au cinéma par le talentueux James Gray l’année prochaine. Les éditions Allia, qui m’avaient déjà ravi avec le délirant Patrik Ourednik et les précieux Somaland et Anthropologie d’Eric Chauvier, continuent de me surprendre.

Publicités

Une réflexion sur “Chronique d’un meurtre annoncé & Le Caméléon (David Grann, 2011 & 2008)

  1. Pingback: The yankee commandante (David Grann, 2012) | Eustache Raconte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s