La Mission des frontières (Gilles Lapouge, 2002)

Le roi du Portugal veut marquer son territoire. Il fait donc envoyer depuis Lisbonne une stèle monumentale, destinée à reposer sur la frontière entre ses possessions du Brésil et celles du rival espagnol au Pérou. Une mission est envoyée crapahuter dans la jungle, dans ces moiteurs jamais encore explorées par les Européens, traînant l’absurde mastodonte derrière elle jusqu’à une frontière qu’un géographe plus bavard que compétent doit identifier. A partir de cet élément vaguement historique, Gilles Lapouge brode sur le retour des membres de l’expédition dans la ville fantasmée de São Luis, cité croulante qui vit au ralenti dans la débauche, dans l’attente qu’un nouvel évêque vienne enfin y ramener l’ordre divin.

Le foisonnement du roman rend le résumé malaisé… L’Église, les États et leurs frontières, l’obéissance, la géographie d’un monde inconnu, la débauche… La Mission des frontières est un bouillon dans lequel l’auteur a mis un peu de tout, à toutes les sauces. L’histoire file sans que le lecteur y sente une réelle intention, comme si Lapouge s’était laissé entraîner par les péripéties de la troupe de filous beaux-parleurs revenus de leur grande expédition.

La lecture est très décevante. J’ai vu dans ce roman une tentative maladroite, un entre-deux coincé entre la magie de Cent ans de solitude et quelque chose de plus délirant, comme Le Peintre et le pirate. L’histoire rebondit mais ne se tend jamais, difficile pour moi d’accrocher. Lapouge aime le Brésil, où il a vécu et travaillé comme journaliste, mais ce décor peuplé de personnages sans épaisseur ne suffit pas. Comme avec Les Pirates, un des premiers textes  de Lapouge et mon seul autre point de référence sur cet auteur, j’ai abandonné avant la fin, sans aucun regret.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s