Les Insulaires (Christopher Priest, 2011)

insulairesGuide de voyage de l’Archipel du Rêve

L’insularité et les mondes archipélagiques exercent un fort pouvoir de fascination, du Terremer d’Ursula K. Le Guin à certains mondes aquatiques des Cantos d’Hypérion de Dan Simmons. C’est aujourd’hui le tour de Christopher Priest d’explorer un monde océanique (déjà visité dans La Fontaine pétrifiante en 1981 puis L’Archipel du Rêve en 1999), où un archipel de milliers d’îles neutres est coincé entre deux continents polaires abritant des nations en conflit. Un monde difficile à cartographier du fait des distorsions temporelles, qui rendent toute image aérienne obsolète à l’instant où elle est tracée. Des îles aux régimes politiques, aux vies culturelles et aux activités économiques variées. C’est à cet univers fragmenté qu’est consacré ce guide de voyage un peu particulier. D’île en île, le lecteur découvre les curiosités touristiques à la façon d’un guide classique, mais il réunit aussi peu à peu des éléments d’enquête sur certains drames qui ont marqué l’archipel et sur le parcours de quelques uns de ses plus fameux ressortissants.

Le récit morcelé de cette enquête s’écrit par le prisme de multiples narrateurs aux connaissances forcément partielles et aux motivations parfois troubles, puisque certains semblent compromis dans les affaires qu’ils rapportent. L’alternance entre ces éléments qui, reliés entre eux, forment une intrigue en réseau, et les descriptions d’îles éparses réserve au lecteur de nombreuses surprises et quelques frustrations, car il ne trouvera que peu de réponses définitives aux multiples portes ouvertes sur les mystères de l’Archipel du Rêve. Outre ses intrigues façon thriller, l’archipel a aussi ses mythes et légendes, ses zones troubles, des îles à l’ambiance inexplicablement hostile. Les thèmes chers à Priest que sont la perception et ses pièges, la confrontation de récits discordants et de subjectivités sont largement développés par les choix de cet univers insulaire et ce dispositif narratif original. Certains seront peut-être déroutés, frustrés ou se lasseront rapidement. Mais il est certain que nombreux seront ceux qui partageront ce coup de cœur pour une œuvre fascinante, un univers hautement évocateur parfaitement servi par des choix formels à la fois ludiques et astucieux.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s