Les Menhirs de glace (Kim Stanley Robinson, 1984)

menhirs de glaceTranshumanisme, mémoire et révisionnisme historique : les germes de la Trilogie martienne

23ème siècle. L’Homme s’est installé sur Mars, et les progrès de la médecine lui permettent de vivre bien plus longtemps. Mais la mémoire n’a pas vraiment suivi, ce dont les dirigeants autoritaires de Mars s’accommodent plutôt bien : si les vainqueurs écrivent l’Histoire, les amnésiques ne risquent pas de les contredire.

« La mémoire est le maillon faible de la chaîne.  J’aurai trois cent dix ans cette année, mais la plus grande partie de ma vie m’est perdue, enfouie sous les ans. Je pourrais aussi bien être une créature qui se réincarne, de vie en vie, ignorante de son propre passé. »

Il y a bien des réminiscences, parfois, des éclats du passé qui remontent à la conscience. Surtout, il y a l’archéologie, l’analyse des traces, des archives, et leur intégration à un modèle historique cohérent, ou leur utilisation pour réfuter le récit dominant.

C’est autour de ces thèmes que Robinson développe son roman, en trois parties, qu’il s’agit maintenant d’essayer de résumer. On commence par le récit d’une insurrection dans un vaisseau spatial. Un groupe de Martiens a décidé d’aller voir plus loin, de planter un drapeau sur Pluton, et qui sait, encore plus loin… Quelques-uns des passagers, pris au dépourvu, choisissent de retourner sur Mars. L’expédition Davydov s’éloigne, sans qu’on entende plus jamais parler d’elle. Au même moment, sur Mars, une insurrection éclate et est violemment écrasée.

Trois siècles plus tard, l’Histoire officielle a retenu de cette Sédition une version très édulcorée. Quelques historiens tâchent de faire la lumière sur les circonstances de ces événements. L’un d’eux, Nederland, tombe sur la piste d’une organisation souterraine, qui prévoyait l’organisation d’un voyage transplutonien. Au même moment, une expédition de prospection sur Pluton découvre un ensemble de menhirs de glace, plantés en cercle. Qui a édifié Icehenge ? Pour Nederland, c’est la preuve de la réussite de l’expédition Davydof et le moyen de prouver ses thèses sur la Sédition.

Près d’un siècle plus tard, c’est le propre fils de Nederland qui reprend le flambeau pour s’attaquer au mystère d’Icehenge. Son père, qu’il n’a jamais connu, a imposé sa version. Mais Edmond Doya voit trop de points obscurs dans celle-ci, et se lance dans une réfutation des thèses paternelles. Mais si Davydof n’a pas bâti Icehenge, qui l’a fait, des visiteurs d’ailleurs, ou une expédition humaine inconnue ?

Robinson interroge l’écriture de l’Histoire et son utilisation politique, l’effacement des traces, l’étouffement des discours dérangeants ou leur récupération à contre-sens par un régime qui n’a pas l’air stalinien, mais qui verrouille savamment la vérité officielle. Le roman est joliment construit, et pose ce qui fera la qualité de la trilogie martienne, sans les lourdeurs de cette dernière. Au-delà du fil conducteur, l’Histoire et son écriture, on appréciera  dès les premières pages les savoureuses considérations de dynamique des systèmes pour l’équilibrage des flux oxygène-eau-aliments du vaisseau de Davydof, où l’on trouve le sens du détail de Robinson et sa fascination pour l’ingénierie. En toile de fond, il y a également la vision désenchanteresse d’un transhumanisme où les mariages plus ou moins oubliés, les enfants semés ici et là et l’espérance de vie millénaire remettent en question la plupart des liens sociaux connus, qui s’épuisent rapidement. Les Menhirs de glace relève de la dimension prospective la plus enthousiasmante de la science-fiction, et annonce l’émergence d’un maître de la SF politique, aux côté d’Ursula K. Le Guin et de quelques autres.

Ailleurs sur le web, la chronique de Patrick Imbert sur le blog du bifrost est ici.

Publicités

Une réflexion sur “Les Menhirs de glace (Kim Stanley Robinson, 1984)

  1. Pingback: Le rivage oublié (Kim Stanley Robinson, 1984) | Eustache Raconte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s