Terres Perdues – La Tour sombre 3 (Stephen King, 1991)

Afficher l'image d'origine

Le pistolero s’est trouvé des apprentis, et voilà les quatre lancés vers la tour sombre

Le pistolero a récupéré à New York ses trois compagnons de quête. Il y a Eddie, ex-junkie des années 80, Susannah, jeune Afro-Américaine bourgeoise des années 60, apparemment guérie de sa schizophrénie, et Jake, un enfant des 70’s que Roland avait déjà croisé dans le premier tome. Ils quittent donc la plage où communiquaient le monde de Roland et celui des trois acolytes, pour se lancer vers la tour sombre.

Après avoir dézingué un ours cyborg géant, gardien d’un mystérieux portail, la troupe suit le rayon qui relie ce portail à la tour sombre. Sur son chemin, elle croise des villes dévastées, encore hantées par quelques rares survivants. L’espoir du pistolero est de trouver Blaine le Mono, le train monorail qui pourra leur faire traverser les terres désolées qui les séparent de la tour.

Que dire, sinon que c’est très long ? 500 pages encore une fois, pour un saut de puce dans l’intrigue. De la tour sombre, on apprend peu, du passé de Roland, quelques bribes. Quelques inventions viennent bien pimenter le tout, néanmoins il ne s’agit pas de distraire sans fin le lecteur, il faudrait aussi que l’intrigue progresse, et pour cela, qu’elle s’étoffe au-delà d’une succession de péripéties. Où va ce cycle, et King lui-même en a-t-il la moindre idée ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s