Les Frères ennemis (Níkos Kazantzákis, 1949)

Afficher l'image d'originePendant la guerre civile, un pope en pleine détresse spirituelle

Dans la Grèce miséreuse des montagnes, embourbée dans la guerre civile entre partisans communistes et armée loyaliste, un pope tâche d’arrêter le carnage. Négociant de part et d’autre, interpellant la Sainte Trinité, il tente au mieux d’arrêter l’absurdité, alors que lui-même est en pleine détresse spirituelle.

Après avoir été chassé d’Asie Mineure par les Turcs, ce prêtre indigné par la souffrance humaine est en effet passé par le Mont Athos. Rapidement, il déteste ses moines replets et la démission d’une Église qui se retranche dans ses monastères sans gagner sa place au Paradis dans le monde. Lui ira au charbon, lui se collettera avec cette humanité en perdition. Mais encore faudrait-il que Dieu le soutienne ! Et quand il hurle, éperdu, pour que Jésus le guide, le ciel n’est pas vide, mais on y manque de répondant : quand Dieu lui parle, c’est pour lui renvoyer la balle… Alors le pope joue à l’apprenti sorcier, il cherche sa voie, celle du juste. Elle sera son calvaire et sa rédemption, jusqu’à sa tombe, à l’épitaphe à mettre en relation avec celui de Kazantzákis, « je n’espère rien, je ne crains rien, je suis libre. »

La religion traverse l’œuvre de Kazantzákis, évidemment avec La Dernière tentation du Christ ou Le Christ recrucifié, mais également dans Alexis Zorba. Toute sa vie, Kazantzákis a mené une quête spirituelle qui l’a conduit vers le christianisme, le marxisme ou les sagesses orientales. Ces angoisses métaphysiques s’expriment dans Les Frères ennemis par une sorte de gloubi-boulga mystico-religieux, un peu fumeux. Le sang rédempteur est omniprésent, la figure sacrificielle du sauveur christique est partout, et ce symbolisme s’avère rapidement pesant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s