La Voix (Arnaldur Indridason, 2002)

Les fêtes arrivent, mais dans ce grand hôtel de Reykjavik le Père Noël n’en sera pas : on l’a retrouvé poignardé dans un cagibi, l’entre-jambe à l’air. Le directeur n’en mène pas large et voudrait bien qu’on étouffe l’affaire. A son grand désarroi, le commissaire Erlendur prend une chambre à l’hôtel et se met à exhumer ses petits secrets. Il découvre rapidement que la victime, cet employé qui vivait dans le sous-sol de l’hôtel depuis des années, avait été dans sa jeunesse un enfant-star, un chanteur à la voix exceptionnelle dont la carrière s’était arrêtée nette après que sa voix avait muée. Ses disques, devenus introuvables, attiraient d’étranges collectionneurs. En fouillant dans son passé, Erlendur va découvrir une enfance passée sous la houlette d’un père tyrannique, bien décidé à amener son fils au succès.

Les thèmes de la filiation et de la famille sont centraux à la fois à l’enquête. La période des fêtes est l’occasion pour Erlendur de voir sa fille, Eva Lind. Alors qu’elle a décroché de la drogue depuis une fausse couche, Eva Lind tente de nouer des liens avec son père, qui n’avait rien fait pour la voir suite au divorce d’avec sa mère. L’ambiance hivernale vient aussi réveiller des souvenirs douloureux pour Erlendur, qui le ramènent à sa propre enfance.

Le paradoxe d’Erlendur tient en l’épaisseur que parvient à lui donner son créateur, en dépit d’une existence apparemment « ténue », en-dehors de la vie sociale dès lors que le commissaire sort de son rôle de policier. Là où les figures du cynique (Pepe Carvalho, Bernie Gunther) ou du dépressif (Wallander) dominent souvent, Erlendur semble imperméable, ayant acté le fait qu’il ne vivrait dans le monde qu’à l’occasion de ses enquêtes. Aux invitations à dîner de ses collègues inquiets de sa solitude, Erlendur préfère sa chambre d’hôtel non chauffée. Mais la rencontre avec la biologiste Valgerdur, pour les besoins de l’enquête, vient encore approfondir le mystère de cet enquêteur solitaire et mélancolique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s