La Planète au pillage (Henry Fairfield Osborn Jr, 1948)

Au sortir de la Seconde guerre mondiale, Henry Fairfield Osborn Jr pointe du doigt les ravages causés à l’environnement par les activités humaines. Il met en évidence le caractère difficilement réversible d’un certain nombre d’entre eux, et surtout leurs possibles conséquences sur les développements socio-économiques locaux et globaux.

 planete au pillage

Osborn pose une première vue d’ensemble de l’évolution humaine, passe à l’incroyable accélération démographique de la révolution industrielle et à la notion d’anthropocène pour finir sur « les flatteries de la science » qui laissent certains croire en une solution scientifique (engrais en particulier) aux dégradations subies par l’environnement. S’ensuit une série de chapitres consacrés chacun à une zone géographique.

Beaucoup d’informations sont très datées : on sourit à l’évocation des « apparences de végétation qui existent sur Mars« , ou quand « les spécialistes en la matière font ressortir qu’il y aura vers la fin de ce siècle un nouveau demi-milliard d’hommes sur la terre et que dans cent ans la population mondiale peut dépasser de beaucoup les trois milliards« . Trois milliards en 2050 ! La valeur des prédictions des experts prospectivistes est violemment mise en perspective à la lecture de ces chiffres. Certaines considérations sur les hiérarchies entre espèces sont aussi plutôt poussiéreuses. [1]

Lire la suite

Publicités